Yoga de la voix

Voie du yoga - yoga de la voix

Le yoga est un temps de pause, une invitation à se rencontrer et à se découvrir pour mieux se connaître. Avant même d’être un travail sur le corps physique et énergétique, c’est un chemin, une recherche, une philosophie, un art de vivre.
Grâce à l’écoute de la respiration, le corps s’apaise, les tensions diminuent, on passe de l’état d’acteur à celui de spectateur, de témoin. Témoin de ce qui se passe, sans attente, sans jugement.

Pour ce qui concerne le yoga de la voix, il y a beaucoup à dire...
Déjà, sur un plan physiologique, habituellement, nous respirons avec le nez, pour le yoga de la voix, nous respirons avec la bouche.
Cette différence est importante car il s’agît d’un désir de s’ouvrir.
Cette zone correspond au chakra de la gorge qui est lié à la communication. Elle représente une voie, un passage entre les chakras inférieurs reliés à l’espace de la terre et les chakras supérieurs reliés à l’espace du ciel.

Dans un premier temps, comme dans toute situation nouvelle, respirer avec la bouche ouverte peut parraître inconfortable. L’idée est donc d’expérimenter que cela ne durera pas... Bien au contraire, c’est une étape, un passage, une ouverture vers le champ des possibles.
ll s’agît donc de quitter nos habitudes et nos peurs pour s’ouvrir, faire confiance.

Notre voix en dit long... elle est le témoin de notre histoire, elle exprime notre état intérieur (pouvant aller de l’inhibition à la confiance), elle est le reflet de notre personnalité.
L’idée est donc de l’accueillir, de s’accueillir, dans l’acceptation, sans jugement.
Cette première étape est une grande étape, importante, elle est le socle de mon cheminement et de ma proposition.

En début de séance, je propose un travail important sur le relachement physique et émotionnel.
Le corps est un instrument de musique que l’on vient accorder pour détendre les zones de tension.
Allongé au sol, porté par la terre, en ralentissant notre rythme, la respiration s’allonge.
A chaque expiration, le corps s’abandonne un peu plus.
Grâce à des exercices respiratoires et aux auto-massages, des baillements se libèrent, relachant ainsi la machoire, les cervicales et le diaphragmme.
En assise, l’attention est portée sur chaque «recoin» du corps, on observe qu’il respire à travers tous les pores de la peau. Le corps est progressivement perçu comme un «contenant» qui a besoin de se remplir d’oxygène.
Expérimenter que l’on ne peut redonner (expiration) ce que l’on a reçu (inspiration), qu’il s’agît donc d’oser prendre davantage d’oxygène pour pouvoir en offrir davantage à toutes les petites cellules de notre être.
Oser prendre davantage d’oxygène, oser redonner/s’ouvrir/ sourire, oser s’exprimer, oser prendre sa place.

C’est ainsi que l’on expérimente que ce n’est pas dans le contrôle que la voix peut se libérer, mais dans un réel lâcher-prise. Accepter d’abandonner, se laisser porter par la terre et par la synergie du groupe.
Se reposer les uns sur les autres en s’appuyant sur nos voix, accepter d’être tantôt acteur, tantôt spectateur.

S’ouvrir, se découvrir, grandir, s’épanouir grâce à la joie et à l’esprit du partage.

Sans attente, grâce au fait d’exprimer sa voix tout en étant à l’écoute de ceux qui nous entourent, expérimenter la communion par les vibrations.
Progressivement, une sensation inhabituelle s’installe: l’égo va se dissoudre, faisant place à l’expérimentation.

Base de visualisation des voyelles dans le corps qui est le médium/moyen pour véhiculer l’énergie entre terre et ciel:

Partir de soi, de son centre, de son ventre, pour découvrir son point de départ, le O.
Puis, s’ancrer dans son bassin pour s’enrichir du OU.
Dans cette aspiration qui nous différencie des animaux et qui nous mène à notre verticalité (et à notre humanité), dans ce rapport terre/ciel, dans notre colonne vertébrale (arbre de vie), se plante le I
Sur ce magnifique chemin, s’arrêter au coeur du paysage, au coeur du corps, cultiver le A.
Observer que c’est à partir de ce point de départ, à l’intersection entre notre verticalité et notre horyzontalité, qu’au coeur du corps, réside dans le A la clé de toutes les portes: l'ouverture.

A partir de cette sensation, goûter à cet état d’unité, de paix, de joie, d’amour, d’ouverture, d’expansion et de rayonnement.

A travers tout votre être, à travers tous les pores de la peau, à travers cette perméabilité entre votre paysage intérieur et celui qui vous entoure, semer et cultiver le A :-)

S’ouvrir, s’engager
Il n’y a pas d’amour sans ouverture.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites